La progression de la reconnaissance faciale

Notre visage peut déverrouiller un smartphone, donner accès à un bâtiment sûr et sécurisé et accélérer le contrôle des passeports dans les aéroports internationaux, en vérifiant notre identification à de nombreuses fins. Un groupe mondial de chercheurs d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Inde a porté la technologie de réputation faciale à un niveau supérieur, en utilisant l’expression d’une personne pour manipuler des objets dans un environnement de vérité virtuelle sans utiliser de commande portable ou de pavé tactile. Dans le cadre d’une recherche menée initialement sur la planète par le docteur Arindam Dey, spécialiste du College of Queensland, des experts en connexion homme-machine ont utilisé des stratégies de manipulation neuronale pour capter le sourire, le froncement des sourcils et la mâchoire serrée d’une personne et ont utilisé chaque expression pour provoquer des actions spécifiques dans des environnements de réalité numérique. « L’inspiration première de cette fonction était de créer un métavers plus disponible et inclusif », explique le Dr Dey. « Simultanément, l’expression faciale peut également être utilisée pour permettre des interactions telles que s’embrasser et souffler de l’air à l’intérieur des environnements numériques d’une manière plus pratique qu’actuellement. » L’un des chercheurs impliqués dans l’expérience, le professeur Mark Billinghurst de l’université d’Australie du Sud, affirme que le système a été conçu pour reconnaître diverses expressions faciales via un casque EEG. Un sourire a été utilisé pour déclencher la commande de « déplacement », un froncement de sourcils pour la commande d' »arrêt » et une crispation pour la commande d' »action », au lieu d’une manette manuelle pour effectuer ces actions », explique le professeur Billinghurst. « En fait, nous avons enregistré des expressions faciales typiques comme la frustration, la joie et le choc et nous les avons appliquées dans un environnement de vérité numérique. » Les chercheurs ont conçu 3 environnements numériques — heureux, neutre et effrayant — et ont calculé l’état cognitif et physique de chaque personne pendant qu’elle était immergée dans chaque scénario. En reproduisant 3 expressions faciales universelles — un rictus, un froncement de sourcils et une crispation — ils ont découvert que les changements dans l’environnement déclenchaient ou non l’une des trois expressions, selon les réponses psychologiques et physiques. Par exemple, dans l’environnement heureux, les clients avaient pour mission de se déplacer dans un parc pour capturer des papillons avec un internet. Un individu se déplaçait lorsqu’il souriait et cessait lorsqu’il fronçait les sourcils. Dans l’atmosphère neutre, les individus devaient se déplacer dans un atelier pour récupérer des produits éparpillés partout. L’os de la mâchoire serrée a déclenché un mouvement – dans ce cas, obtenir chaque objet – tandis que les commandes de début et de fin de mouvement ont été lancées en souriant et en fronçant les sourcils. La même expression faciale avait été employée dans l’atmosphère effrayante, dans laquelle des individus naviguaient dans une base souterraine pour abattre des zombies. « Dans l’ensemble, nous nous attendions à ce que les contrôleurs portables fonctionnent beaucoup mieux, car ils constituent une technique plus conviviale que l’expression faciale, mais les individus ont néanmoins noté qu’ils se sentaient plus immergés dans les expériences de RV contrôlées par les expressions faciales. » Le professeur Billinghurst affirme que dépendre de l’expression faciale dans un cadre de RV est un travail difficile pour le cerveau mais donne aux clients une rencontre plus réaliste. « Espérons qu’avec un peu plus d’études, nous rendrons l’expérience plus facile à utiliser », ajoute-t-il. En plus de fournir une nouvelle méthode d’utilisation de la RV, la technique permettra également aux personnes handicapées – telles que les amputés et les personnes atteintes d’une maladie du motoneurone – d’interagir les mains libres dans la RV, sans avoir besoin d’utiliser des contrôleurs créés pour les personnes complètement handicapées. Selon les experts, ces technologies pourraient également être utilisées pour améliorer les contrôleurs portables dans lesquels les expressions faciales constituent un type d’interaction naturel.

Related Post